Revue de la mi-temps du Super Bowl Usher : une fête à Vegas avec Alicia Keys, Lil Jon et plus

Dans un spectacle à la mi-temps bien rempli, Usher a parcouru 13 de ses succès dans un set qui s’inspirait généreusement de sa récente résidence à Las Vegas, qui était elle-même une rétrospective de ses 30 ans de carrière.

Lors du Super Bowl LVIII, qui s’est tenu au stade Allegiant de Las Vegas, un thème royal était évident dès le début lorsque Usher est apparu pour la première fois au sommet d’une petite scène, assis sur un trône, vêtu de blanc avec une cape de fourrure blanche enroulée autour de ses épaules.

En descendant une courte plate-forme alors qu’il chantait le couplet d’ouverture de “Caught Up”, un single optimiste de son album phare “Confessions”, Usher a eu droit au genre de performance cinétique et dansante pour laquelle il est connu. Il a frappé le gazon pour danser au milieu d’une phalange de showgirls et de showmen habillés de plumages et de paillettes avant d’atteindre une scène au milieu du terrain.

Il a parcouru “U Don’t Have to Call”, un jam de rupture dynamique de 2001, a frappé les notes aiguës contagieuses qui ouvrent la sérénade R&B “Superstar”, et a groove sur quelques mesures de “Love in This Club” en guise de marche. le groupe a fait entendre le cœur de la chanson pilotée par un synthétiseur.

Usher a ensuite braqué les projecteurs sur Alicia Keys, qui a joué l’ouverture de son tube “If I Ain’t Got You” avant de la rejoindre au piano rouge pour une partie plus lente et moins exigeante physiquement de la performance. Alors qu’ils faisaient un duo pour leur collaboration de 2004, « My Boo », leur alchimie était évidente lorsque le duo s’est vampé, roucoulé et, finalement, s’est embrassé.

Le producteur Jermaine Dupri est le partenaire musical et le mentor le plus prolifique d’Usher depuis que le duo a travaillé pour la première fois ensemble sur « My Way » en 1997, le deuxième album studio d’Usher. Dupri, basé à Atlanta, a intensifié son énergie en présentant le rebondissant « Confessions Part II », le single au cœur de leur album à succès du même titre.

À l’arrêt devant un pied de micro, Usher a parcouru « Nice & Slow » – avec un clin d’œil au quiz viral sur les réseaux sociaux qui demande « Il est 7 heures. Où est Usher ? – “Brûler” et “Tu l’as mal.” Se produisant devant un groupe d’accompagnement, Usher s’est déshabillé, abandonnant sa chemise sans manches à paillettes d’abord pour un simple débardeur, puis se mettant torse nu pour la chorégraphie nerveuse et tic-tac de la vidéo de la chanson et qu’il a utilisée pendant sa résidence.

L’artiste HER est monté sur scène pour gratter le refrain de “Bad Girl” tandis qu’Usher s’éloignait des projecteurs pour changer de costume. Des danseurs sur patins à roulettes ont pris le relais et Usher est réapparu pour « OMG », exécutant sa danse à roulettes avec William, qui figurait sur le single. Les deux hommes avaient déjà partagé la scène de la mi-temps du Super Bowl en 2011, lorsque Usher avait rejoint les Black Eyed Peas pour interpréter la même chanson, qu’il avait ponctuée de manière mémorable en sautant par-dessus William et en atterrissant dans un split complet.

La performance à la mi-temps, qui a duré 13 minutes, a semblé un exploit de transitions qui ont habilement tissé une set list aussi chargée. Sa finale fut peut-être la moins surprenante de toutes. Le rappeur crunk Lil Jon a crié quelques mesures de son mégahit de 2013 « Turn Down for What » avant que la musique ne se transforme en « Yeah ! (2004), le hit n°1 le plus long d’Usher, qui a passé 12 semaines à la première place, et le duo a été rejoint par Ludacris pour un point culminant énergique faisant référence à Atlanta.

https://www.ctptimes.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*