Où le Hamas se procure-t-il des armes ? De plus en plus, d’Israël.

Les responsables de l’armée et des renseignements israéliens ont conclu qu’un nombre important d’armes utilisées par le Hamas lors des attaques du 7 octobre et dans la guerre à Gaza provenaient d’une source improbable : l’armée israélienne elle-même.

Pendant des années, les analystes ont évoqué les routes de contrebande souterraines pour expliquer pourquoi le Hamas est resté si lourdement armé malgré le blocus militaire israélien de la bande de Gaza. Mais des renseignements récents ont montré à quel point le Hamas a été capable de fabriquer bon nombre de ses roquettes et de ses armes antichar à partir des milliers de munitions qui n’ont pas explosé lorsqu’Israël les a lancées sur Gaza, selon des experts en armement et les renseignements israéliens et occidentaux. fonctionnaires. Le Hamas arme également ses combattants avec des armes volées dans les bases militaires israéliennes.

Les renseignements recueillis au cours des mois de combats ont révélé que, tout comme les autorités israéliennes avaient mal évalué les intentions du Hamas avant le 7 octobre, elles avaient également sous-estimé sa capacité à se procurer des armes.

Ce qui est clair aujourd’hui, c’est que les armes mêmes que les forces israéliennes ont utilisées pour imposer le blocus de Gaza au cours des 17 dernières années sont désormais utilisées contre elles. Les explosifs militaires israéliens et américains ont permis au Hamas de bombarder Israël de roquettes et, pour la première fois, de pénétrer dans les villes israéliennes depuis Gaza.

« Les munitions non explosées constituent la principale source d’explosifs pour le Hamas », a déclaré Michael Cardash, ancien chef adjoint de la division de neutralisation des bombes de la police nationale israélienne et consultant de la police israélienne. « Ils découpent des bombes ouvertes en provenance d’Israël, des bombes d’artillerie en provenance d’Israël, et beaucoup d’entre elles sont bien sûr utilisées et réutilisées pour leurs explosifs et leurs roquettes. »

Les experts en armement affirment qu’environ 10 % des munitions n’explosent généralement pas, mais dans le cas d’Israël, ce chiffre pourrait être plus élevé. L’arsenal israélien comprend des missiles datant de l’ère vietnamienne, abandonnés depuis longtemps par les États-Unis et d’autres puissances militaires. Le taux d’échec de certains de ces missiles pourrait atteindre 15 %, a déclaré un officier des renseignements israéliens qui, comme d’autres interviewés pour cet article, s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour discuter de questions de renseignement.

Dans les deux cas, des années de bombardements sporadiques et le récent bombardement de Gaza ont jonché la zone de milliers de tonnes de munitions non explosées attendant juste d’être réutilisées. Une bombe de 750 livres qui n’explose pas peut se transformer en centaines de missiles ou de roquettes.

Le Hamas n’a pas répondu aux messages sollicitant des commentaires. L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu’elle s’engageait à démanteler le Hamas, mais n’a pas répondu aux questions spécifiques sur les armes du groupe.

Les responsables israéliens savaient avant les attentats d’octobre que le Hamas pouvait récupérer certaines armes de fabrication israélienne, mais leur portée a surpris les experts en armement et les diplomates.

Les autorités israéliennes savaient également que leurs armureries étaient vulnérables au vol. Un rapport militaire du début de l’année dernière indiquait que des milliers de balles et des centaines d’armes à feu et de grenades avaient été volées dans des bases mal gardées.

De là, selon le rapport, certains se sont dirigés vers la Cisjordanie et d’autres vers Gaza en passant par le Sinaï. Mais le rapport se concentre sur la sécurité militaire. Les conséquences ont été traitées presque après coup : « Nous alimentons nos ennemis avec nos propres armes », lit-on dans une ligne du rapport consulté par le New York Times.

Les conséquences sont devenues évidentes le 7 octobre. Quelques heures après que le Hamas ait franchi la frontière, quatre soldats israéliens ont découvert le corps d’un homme armé du Hamas qui avait été tué à l’extérieur de la base militaire de Re’im. Des inscriptions en hébreu étaient visibles sur une grenade portée à sa ceinture, a déclaré l’un des soldats, qui a reconnu qu’il s’agissait d’une grenade israélienne pare-balles, un modèle récent. D’autres combattants du Hamas ont envahi la base et les responsables militaires israéliens affirment que certaines armes ont été pillées et restituées à Gaza.

A quelques kilomètres de là, des membres d’une équipe médico-légale israélienne ont récupéré l’une des 5 000 roquettes tirées par le Hamas ce jour-là. En examinant la roquette, ils ont découvert que ses explosifs de qualité militaire provenaient très probablement d’un missile israélien non explosé tiré sur Gaza lors d’une guerre précédente, selon un officier des renseignements israéliens.

Les attentats du 7 octobre ont mis en évidence l’arsenal disparate que le Hamas avait assemblé. Il s’agissait notamment de drones d’attaque de fabrication iranienne et de lance-roquettes de fabrication nord-coréenne, le type d’armes que le Hamas est connu pour introduire clandestinement à Gaza par des tunnels. L’Iran reste une source majeure d’argent et d’armes pour le Hamas.

Mais d’autres armes, comme les explosifs antichars, les ogives RPG, les grenades thermobariques et les engins improvisés, étaient des armes israéliennes reconverties, selon des vidéos du Hamas et des restes découverts par Israël.

Les roquettes et les missiles nécessitent d’énormes quantités de matières explosives, qui, selon les autorités, constituent l’élément le plus difficile à introduire clandestinement à Gaza.

Pourtant, le Hamas a tiré tellement de roquettes et de missiles le 7 octobre que le système de défense aérienne israélien Dôme de Fer n’a pas pu suivre. Les roquettes ont frappé des villes et des bases militaires, offrant ainsi une couverture aux militants qui ont fait irruption en Israël. Une roquette a touché une base militaire censée héberger une partie du programme de missiles nucléaires israélien.

Le Hamas s’appuyait autrefois sur des matériaux comme les engrais et le sucre en poudre – qui, livre pour livre, ne sont pas aussi puissants que les explosifs de qualité militaire – pour construire des roquettes. Mais depuis 2007, Israël impose un blocus strict, limitant l’importation de biens, notamment de matériel électronique et informatique, qui pourraient être utilisés pour fabriquer des armes.

Ce blocus et la répression des tunnels de contrebande menant à Gaza et en sortant ont forcé le Hamas à faire preuve de créativité.

Ses capacités de fabrication sont désormais suffisamment sophistiquées pour scier les ogives nucléaires de bombes pesant jusqu’à 2 000 livres, récolter les explosifs et les réutiliser.

« Ils ont une industrie militaire à Gaza. Une partie se trouve en surface, une autre sous terre, et ils sont capables de fabriquer une grande partie de ce dont ils ont besoin », a déclaré Eyal Hulata, qui a été conseiller à la sécurité nationale d’Israël et chef de son Conseil de sécurité nationale avant de démissionner plus tôt. l’année dernière.

Un responsable militaire occidental a déclaré que la plupart des explosifs utilisés par le Hamas dans sa guerre contre Israël semblent avoir été fabriqués à partir de munitions non explosées lancées par Israël. Un exemple, a indiqué le responsable, est un piège explosif qui a tué 10 soldats israéliens en décembre.

La branche militaire du Hamas, les Brigades Qassam, affiche depuis des années ses capacités de production. Après une guerre en 2014 avec Israël, le pays a créé des équipes d’ingénierie chargées de collecter des munitions non explosées comme des obusiers et des bombes MK-84 de fabrication américaine.

Ces équipes travaillent avec les unités de neutralisation des explosifs et munitions de la police, permettant aux personnes de regagner leur domicile en toute sécurité. Ils aident également le Hamas à se préparer à la prochaine guerre.

« Notre stratégie visait à réutiliser ces pièces, transformant cette crise en une opportunité », a déclaré à Al Jazeera un commandant des brigades Qassam en 2020.

La branche médiatique de Qassam a publié ces dernières années des vidéos montrant exactement ce qu’ils faisaient : scier des ogives nucléaires, récupérer des matières explosives – généralement une poudre – et les faire fondre pour les réutiliser.

En 2019, des commandos Qassam ont découvert des centaines de munitions sur deux navires militaires britanniques datant de la Première Guerre mondiale et coulés au large de Gaza un siècle plus tôt. Cette découverte, s’est vanté Qassam, lui a permis de fabriquer des centaines de nouvelles fusées.

Au début de la guerre actuelle, une vidéo Qassam montrait des militants assemblant des roquettes Yassin 105 dans une usine de fabrication sans soleil.

« Le moyen le plus essentiel pour le Hamas d’obtenir des armes est la fabrication nationale », a déclaré Ahmed Fouad Alkhatib, un analyste politique du Moyen-Orient qui a grandi à Gaza. “C’est juste un ajustement chimique et vous pouvez faire à peu près ce que vous voulez.”

Israël restreint l’importation massive de matériaux de construction pouvant être utilisés pour fabriquer des roquettes et d’autres armes. Mais chaque nouvelle série de combats laisse derrière elle des quartiers de décombres d’où les militants peuvent extraire des tuyaux, du béton et d’autres matériaux de valeur, a déclaré M. Alkhatib.

Le Hamas ne peut pas tout fabriquer. Certaines choses sont plus faciles à acheter au marché noir et à entrer clandestinement à Gaza. Le Sinaï, région désertique en grande partie inhabitée située entre Israël, l’Égypte et la bande de Gaza, reste une plaque tournante du trafic d’armes. Des armes provenant des conflits en Libye, en Érythrée et en Afghanistan ont été découvertes dans le Sinaï, selon les évaluations des services de renseignement israéliens.

Selon deux responsables des renseignements israéliens, au moins une douzaine de petits tunnels étaient encore en service entre Gaza et l’Égypte avant le 7 octobre. Un porte-parole du gouvernement égyptien a déclaré que son armée avait fait sa part en fermant les tunnels de son côté de la frontière. « De nombreuses armes actuellement présentes dans la bande de Gaza sont le résultat d’une contrebande en provenance d’Israël », a déclaré le porte-parole dans un courriel.

Mais les rues assiégées de Gaza elles-mêmes constituent de plus en plus une source d’armes.

Israël estime avoir mené au moins 22 000 frappes sur Gaza depuis le 7 octobre. Chacune implique souvent plusieurs tirs, ce qui signifie que des dizaines de milliers de munitions ont probablement été larguées ou tirées – et des milliers n’ont pas explosé.

« Artillerie, grenades à main, autres munitions – des dizaines de milliers de munitions non explosées resteront après cette guerre », a déclaré Charles Birch, chef du Service de lutte antimines des Nations Unies à Gaza. Ceux-ci « sont comme un cadeau gratuit au Hamas ».

Viviane Yee ont contribué au reportage du Caire et Zakaria Zakaria de Rotterdam, aux Pays-Bas.

https://www.ctptimes.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*