L’offre du Hamas de remettre 33 otages, dont certains sont morts

Le Hamas a informé les négociateurs lundi que les 33 otages qui seraient libérés dans la première phase d’un éventuel accord de cessez-le-feu avec Israël ne sont pas tous encore en vie et que les restes de ceux qui sont morts figureraient parmi les premières libérations, selon deux personnes familières avec les pourparlers.

Cette divulgation fait partie de la contre-offre du Hamas à la dernière proposition d’Israël, qui prévoit un cessez-le-feu de six semaines dans une première phase en échange du retour de certains des otages pris lors des attaques terroristes du 7 octobre. Il n’est pas clair si le Hamas a révélé combien des 33 personnes sont encore en vie et combien sont mortes.

Le premier groupe d’otages censés être libérés dans la phase initiale de l’accord proposé est censé comprendre des femmes, des hommes âgés ainsi que des malades et des blessés qui font partie de la centaine d’otages qui seraient encore détenus en captivité. Les Israéliens voulaient initialement que 40 personnes soient libérées au cours de la première phase, mais ils ont fini par comprendre que le Hamas n’en détenait pas beaucoup qui répondaient aux critères. Les responsables israéliens et américains pensent depuis longtemps que certains des otages pourraient être morts.

La nouvelle selon laquelle le premier groupe d’otages à être libéré comprendrait les dépouilles de certains d’entre eux capturés il y a sept mois va sûrement bouleverser les familles qui ont fait pression sur le gouvernement israélien pour qu’il fasse davantage pour libérer leurs proches. Le sort des otages est devenu un sujet majeur pour l’opinion publique israélienne alors que des milliers de manifestants sont descendus dans les rues pour faire pression sur le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu afin qu’il conclue un accord. Les manifestants ont bloqué les routes principales de Jérusalem et de Tel Aviv lundi soir après la contre-proposition du Hamas.

Les responsables israéliens ont déclaré que la contre-offre du Hamas n’était pas acceptable, mais ils ont accepté de poursuivre les négociations. Des responsables de divers pays servant d’intermédiaires se réuniront à nouveau au Caire cette semaine pour examiner la contre-offre et voir si de nouveaux progrès peuvent être réalisés. Israël a accepté d’envoyer une délégation pour examiner la proposition et envisager de nouvelles concessions.

https://www.ctptimes.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*