Avis | Donald Trump, blasphémateur de la Bible

En ce week-end saint, un homme prend personnellement la Résurrection.

Donald Trump se présente comme l’homme sur la croix, torturé pour nos péchés. «Je considère cela comme une grande marque de courage», dit-il au public. “Je suis inculpé pour vous.” Au lieu d’une rédemption semblable à celle du Christ, il promet une rétribution semblable à celle de Lucifer s’il est ressuscité.

En janvier, il a mis en ligne une vidéo sur Truth Social expliquant comment il est un messager de Dieu, « un berger pour l’humanité ».

Trump est, comme le disaient les religieuses qui m’ont enseigné, « une pièce audacieuse et effrontée ». C’est un être humain misérable qui a trompé ses femmes, triché au golf, triché en politique, incité à la violence, pris pour cible les juges et leurs familles et a regardé avec plaisir les voyous menacer de pendre son vice-président, pourtant pieux.

Pourtant, Trump se vautre de plus en plus dans son complexe messianique.

Trump aux deux Corinthiens ne connaîtrait pas la différence entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Il se peut donc qu’il ne se rende pas compte que, plutôt qu’un agneau sacrificiel, il est le veau d’or, le faux dieu adoré par les Israélites lorsque Moïse monta au mont Sinaï pour obtenir les dix commandements.

Tout comme les Israélites fondaient leurs ornements et leurs bijoux pour fabriquer le veau, Trump échange des produits ringards contre de la dorure pour payer des milliards d’obligations. Après sa « Never Surrender High-Top Sneaker » dorée à 399 $, Trump vend une eau de Cologne « Victory » à 99 $ pour « ceux qui font bouger les choses, qui font l’histoire » avec « une ouverture croustillante de mélanges d’agrumes dans un cœur de cèdre, soutenu par une riche base de cuir et ambre, créant une présence imposante. Un buste doré de Trump surmonte la bouteille. (Le parfum « Victory » pour femme est présenté dans un flacon en forme de Miss Univers.)

Armant son martyre, Trump vend à 59,99 $ des Bibles « God Bless the USA » ornées d’un drapeau et du refrain de la chanson de Lee Greenwood écrite à la main par le chanteur, ainsi que de la Constitution, de la Déclaration d’indépendance et du serment d’allégeance.

« Bonne Semaine Sainte ! » il a écrit sur Truth Social. « Faisons à nouveau à l’Amérique de prier. Alors que nous approchons du Vendredi Saint et de Pâques, je vous encourage à vous procurer un exemplaire de la Bible God Bless The USA.

David Axelrod dit que, même en tant que juif laïc, il est offensé : « C’est un type qui a violé 11 des dix commandements. »

Trump a publié une vidéo promotionnelle affirmant que « les chrétiens sont assiégés » et promettant de « protéger les contenus pro-Dieu ». Il a brandi la Bible – se souvenant du moment épouvantable de 2020 où Ivanka lui a tendu une Bible de son sac de créateur et il l’a saisie devant l’église Saint-Jean, en face de la Maison Blanche, quelques instants après que la police ait lancé des gaz lacrymogènes sur des manifestants et des journalistes. à côté de Lafayette Square lors d’une manifestation sur le meurtre de George Floyd.

«Tous les Américains ont besoin d’une Bible chez eux, et j’en ai beaucoup», a aboyé Trump. “C’est mon livre préféré.” Peut-être que la Bible a remplacé ce livre d’Hitler que l’ex-femme de Trump disait garder près de son lit. Mais tout cela n’est qu’une arnaque. Se présenter à la présidence, c’est s’enrichir, tout comme lorsqu’il colportait des NFT, des steaks, des cravates, des costumes, des serviettes de bain, de la vodka, de l’eau, des chaises de bureau, de l’Université Trump et des tasses à photos. Il a même vendu des morceaux du costume qu’il portait lorsqu’il a pris la photo.

“Je veux que beaucoup de gens l’aient”, a déclaré Trump à propos de sa Bible. “Vous devez l’avoir pour votre cœur, pour votre âme.”

Exactement ce dont le monde a besoin : une purification de l’âme avec une Bible pour les escrocs, dont les bénéfices pourraient bien servir à payer les frais de justice dans des procès pour violation des commandements – porter de faux témoignages pour tenter de voler la démocratie, convoiter une star du porno, puis payer le silence de la star. de l’argent pour garder le silence sur le sexe.

Quoi de plus Elmer Gantry que ça ? Comme l’écrivait Sinclair Lewis à propos de son prédicateur corrompu, avide de pouvoir, narcissique et coureur de jupons : « En fait, il avait tout obtenu de l’église et de l’école du dimanche, sauf, peut-être, tout désir de décence, de gentillesse et de raison. »

Les vendeurs religieux d’huile de serpent ont une longue histoire dans la littérature et les films américains, depuis « Wise Blood » de Flannery O’Connor jusqu’au film bien-aimé de Peter Bogdanovich « Paper Moon », sur un vendeur de Bibles complice et son petit assistant. Mais c’est choquant quand le charlatan pourrait être dans l’Ovale.

Dans son livre de 2016, « The Confidence Game », Maria Konnikova explique que nous sommes des proies faciles pour les faux princes nigérians en raison du chaos qui règne dans notre monde. « L’avancée fulgurante de la technologie annonce un nouvel âge d’or de l’escroquerie », a-t-elle écrit. “Les escrocs prospèrent dans les périodes de transition et de changement rapide.”

S’il y a une chose que Trump sait faire, c’est bien exploiter le chaos qu’il crée.

Il doit y avoir un désir dans la population que l’escroc puisse canaliser ; et, à une époque où la religion et le patriotisme déclinent, les gens en recherchent davantage. Malheureusement, de nos jours, cette recherche prend souvent la forme de théories du complot.

Comme Donie O’Sullivan l’a rapporté pour CNN, à peine le pont Francis Scott Key s’est-il effondré à Baltimore qu’un tas d’histoires de conspiration folles ont fleuri sur le terrorisme, la DEI, Obama, Israël et l’Ukraine.

Le déclin de la foi dans la religion et la montée de la foi dans les complots créent un terrain fertile pour un imposteur comme Trump. Si le pol profane est réélu, nous récolterons tous le tourbillon.

https://www.ctptimes.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*