9 destinations en France pour profiter des Jeux olympiques en dehors de Paris

Pour les amateurs de sport, Paris sera le centre de l’univers cet été – et avec 15 millions de visiteurs olympiques et paralympiques attendus, on en aura l’impression, avec de la foule et des prix élevés. Mais Paris n’est pas le seul site olympique en France : neuf destinations en dehors de la région métropolitaine accueillent également des événements, offrant aux voyageurs un moyen d’assister à l’action sans se laisser prendre par la cohue.

Dans des villes comme Bordeaux, Marseille et même Tahiti, vous pourrez voir des athlètes de haut niveau s’affronter dans des compétitions de football, de basket-ball, de voile et de surf. (Les billets ont été ajoutés par lots, donc si ceux que vous souhaitez ne sont pas disponibles, continuez à consulter le site de billetterie, tickets.Paris2024.org. Si tout le reste échoue, la plateforme officielle de revente ouvre le 15 mai.)

Et lorsque vous ne regardez pas de sport, vous pouvez profiter des musées, des parcs, des centres de design et des options de restauration et de vins frais. A Nantes, on peut même monter un éléphant mécanique.

Voici quelques idées pour planifier votre propre voyage olympique alternatif.


Basket-ball : du 27 juillet au 4 août ; des billets à partir de 50 euros (54$).

Handball : du 6 au 11 août des billets à partir de 45 €.

Commencez par une balade dans le Vieux-Lille et un café sur la Grande Place, en admirant les façades colorées de cette ville proche de la frontière belge. Rendez-vous dans le quartier Saint-Sauveur pour découvrir le beffroi Art déco et les expositions de la gare Saint-Sauveur, une ancienne gare. Le dimanche, sur le marché déambulant de Wazemmes, environ 400 vendeurs proposent produits, poissons, plantes, tissus, textiles et maroquinerie. Rendez-vous au parc du Héron, à l’est de la ville, pour visiter le musée LaM (7 €), avec des œuvres de Pablo Picasso, Amedeo Modigliani et Joan Miró. Lille est plus connue pour la bière que pour le vin, et la Brasserie Gobrecht propose des visites de brasseries tous les samedis (réservation recommandée).

Où loger : Hôtel de la Paix (354 € la nuit) ; Hôtel Carlton (406 €).


Soccer : du 24 juillet au 2 août ; des billets à partir de 24 €.

Capitale d’une région surtout connue pour son vin, cette petite ville du sud-ouest vend des cartes de randonnées viticoles locales à son office de tourisme. Arrêtez-vous au Marché des Capucins, un marché couvert local qui abrite également le Bistro Poulette, un endroit un peu chaotique et très délicieux servant des moules-frites ou des moules frites. L’après-midi, découvrez les Bassins des Lumières (15 €), le plus grand centre d’art numérique au monde, et la Cité du Vin (21 €) qui propose des expériences de dégustation de vins. Pour vous détendre dans un bar à vins au calme, essayez Yarra, ou pour un cocktail, Symbiose. Si vous avez le temps de faire des excursions, passez une journée à Saint-Émilion, à environ 44 kilomètres de là, où vous pourrez déguster d’excellents vins. Ou découvrez la dune du Pilat, haute de près de 340 pieds, la plus haute dune de sable d’Europe, située à environ 60 km au sud-ouest de Bordeaux, près de la ville balnéaire d’Arcachon.

To stay: Les Chambres de Marie (€170); La Maison Galiène (€259); Yndo Hotel (€355); Le Palais Gallien Hôtel & Spa (€419).


Soccer : du 24 juillet au 8 août ; des billets à partir de 24 €.

Les panneaux de signalisation de Nantes sont en breton et en français, reflétant les liens historiques de la ville avec la Bretagne. Commencez au marché de Talensac pour acheter du matériel de pique-nique, notamment des radis, des fromages locaux et des fraises. Procurez-vous des spécialités locales comme le Gâteau Nantais (gâteau aux amandes) et le Far Breton (flan aux pruneaux imbibés d’Armanac). Emportez votre pique-nique dans la cour du Château des Ducs de Bretagne, château médiéval et musée (la cour est gratuite ; le musée coûte 9 €). Sur l’Île de Nantes, un ancien chantier naval a été transformé en un parc à thème mécanique sauvage. Les Machines de l’Île mêlent les histoires de Jules Verne aux créations de Léonard de Vinci sous la forme d’un éléphant mécanique à monter et de créatures marines (9,50 € la balade à dos d’éléphant ou la visite de la galerie). Le Mémorial de l’Abolition de l’Esclavage (gratuit) retrace l’histoire de Nantes en tant que port négrier le plus actif de la France du XVIIIe siècle. Les artistes derrière le mémorial en verre et en béton, Krzysztof Wodiczko et Julian Bonder, avaient pour objectif de créer « un rappel métaphorique et émotionnel de la lutte avant tout historique, mais aussi très actuelle, pour l’abolition de l’esclavage ».

To stay: Hotel Voltaire Opéra (€103); Hotel de la Cité (€120).


Tournage : du 27 juillet au 5 août ; des billets à partir de 24 €.

La petite ville située non loin de la vallée de la Loire doit son nom au Château Raoul, un château du Xe siècle qui fait aujourd’hui partie de la résidence privée d’un fonctionnaire local. La meilleure vue sur le château est depuis le pont de Gütersloh. Suivez la « coulée verte » le long des rives de la rivière Indre en vous arrêtant au parc de Belle-Isle, qui possède un lac pour la baignade, avec des kayaks et des planches à pagaie à louer, ainsi qu’une plage. , terrains de jeux et camping. Le couvent franciscain des Cordeliers (gratuit), datant du XIIIe siècle, propose aujourd’hui des expositions d’art contemporain et des kilomètres de jardins, et le musée Bertrand (gratuit), un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle, présente des collections diverses dans chacune de ses 26 salles, dont l’original en plâtre de la sculpture de Camille Claudel « Sakuntala ».

Pour séjourner : Au Lys Blanc (138 €) ; Les Rives du Château (210 € le T3).

Football : Lyon, du 24 juillet au 9 août ; des billets à partir de 24 €. St.-Étienne, du 24 au 31 juillet ; des billets à partir de 24 €.

Il sera facile d’assister à des matchs de football à Lyon ou à Saint-Étienne, à seulement une heure d’intervalle en train ou en voiture dans le centre-est de la France. À Lyon, souvent appelée la capitale gastronomique de France, visitez la majestueuse basilique Notre-Dame de Fourvière, puis savourez une glace à La Fabrique Givrée. Explorez le réseau de passages couverts de la ville, appelés traboules, à l’origine destinés aux ouvriers chargés du transport des textiles, puis utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale par la Résistance française pour des réunions clandestines. Montez ensuite jusqu’au quartier des Pentes de la Croix-Rousse, avec ses petites ruelles, ses commerces et ses vues sur Lyon en contrebas. Par temps clair, vous pouvez même voir le Mont Blanc. Le musée de Lugdunum (7 €) et le théâtre romain voisin (4 €) ramènent les visiteurs en 43 avant JC, lorsque Lyon était connue sous le nom de Lugdunum, et La Maison des Canuts (9,50 €) retrace l’histoire de la ville en tant que capitale de la soie.

Entre Lyon et Saint-Étienne, le parc naturel régional du Pilat offre plus de 900 miles de terrain rocheux pour la randonnée et le vélo, culminant au sommet du Crêt de la Perdrix, culminant à 4 700 pieds, avec vue sur les Alpes et la chaîne du Massif Central.

Saint-Étienne, à environ 65 km au sud-ouest de Lyon, transforme son identité industrielle historique en une identité de design et d’innovation. Au cœur se trouve la Cité du Design (4,50 €), ancien site d’une usine d’armes, devenu centre d’art et de recherche depuis 2010. Le complexe, aujourd’hui une force économique incontournable de la ville, est ouvert aux visiteurs. public toute l’année et accueille des expositions d’art et de design.

To stay in Lyon: Fourvière Hotel (€189); Hôtel du Théâtre (€323).

To stay in St.-Étienne: Le Parc 42 (€113); Le Golf Sauna (€269).


Voile (y compris planche à voile, kitesurf et plus) : du 28 juillet au 8 août ; des billets à partir de 24 €.

Soccer : du 24 juillet au 6 août ; des billets à partir de 24 €.

Cette ville portuaire méditerranéenne allie courage urbain et beauté naturelle. Commencez par visiter Le Panier, la partie la plus ancienne de la ville aux allures de village. Goûtez aux navettes, biscuit traditionnel à la fleur d’oranger, et dégustez quelques sardines ou panisses, frites de pois chiches traditionnelles, sur une terrasse ensoleillée. Détour par le Vieux-Port touristique mais agréable en direction du Mucem (11 €), premier grand musée dédié à la civilisation et aux cultures méditerranéennes. Prenez un remontant chez Deep Coffee Roasters, un torréfacteur spécialisé niché entre les boutiques touristiques. Au coucher du soleil, montez jusqu’au Cours Julien, un quartier branché avec de belles vues pour votre apéro. Ne manquez pas la Cité Radieuse, un complexe d’appartements classé au patrimoine mondial de l’UNESCO qui témoigne de la maîtrise moderniste de l’architecte Le Corbusier (vous pouvez y séjourner à l’hôtel). Et juste au sud-est de la ville, les Calanques, une série de petites criques étroites, offrent des kilomètres de sentiers au bord de l’océan et des parcours rocheux au bord d’une eau turquoise.

To stay: Hotel Le Corbusier (€229); Maison Juste (€300).

Soccer : du 24 au 31 juillet ; des billets à partir de 24 €.

L’été est la haute saison à Nice, la ville reine de la Côte d’Azur, là où les montagnes rencontrent la Méditerranée. Courez, faites du vélo ou du patin à roues alignées le long de la Promenade des Anglais, un sentier balnéaire de six kilomètres. Montez ensuite jusqu’à la Colline du Château, une colline rocheuse à l’est de la promenade avec vue sur Nice et même jusqu’aux Alpes. Pour une balade plus longue, suivez les sentiers de Coco Beach jusqu’au Cap de Nice en longeant les criques. Dirigez-vous ensuite vers le Cours Saleya, une section piétonne de la vieille ville, avec des stands de fleurs, des antiquités et des plats locaux comme la socca, une crêpe aux pois chiches. Le musée de Préhistoire Terra Amata (5 €), construit au sommet d’un site de fouilles, révèle ce qu’était Nice il y a 400 000 ans. Ou tout simplement profiter d’une des plages de galets de Nice sur une chaise longue.

Pour séjourner : Hôtel Rossetti (186 €) ; Yelo Mozart (238 €).


Surf : du 27 au 31 juillet (événements pourrait se déplacer jusqu’au 4 août, en fonction des conditions de surf) ; zones de fans gratuites.

Pour les deuxièmes Jeux olympiques du surf depuis ses débuts à Tokyo, la compétition se déroule loin de la France métropolitaine, à Tahiti, en Polynésie française. Puisque la vague est au large, il y aura deux zones de fans sans billets – Taharu’u Beach et Paofai Gardens – pour regarder les événements sur grands écrans. Une troisième fan zone sur la plage PK0 à Teahupo’o proposera des billets gratuits mais un accès limité. Tahiti offre du sable blanc et des lagons turquoise en plus de vagues presque parfaites. Pour la plongée en apnée, essayez le lagon près de Maui Beach, à huit kilomètres de Teahupo’o. Pour les sables volcaniques noirs, dirigez-vous vers la plage de Taharu’u, à environ 20 miles au nord-ouest de Teahupo’o. À environ 72 km de Teahupo’o, Papeete, la capitale de la Polynésie française, avec une population d’environ 26 000 habitants, propose une variété de spécialités locales comme le poisson cru : du poisson cru au jus de citron vert et au lait de coco, servi avec du riz. Dégustez des plats locaux, notamment des steaks frites et des brochettes de cœur de veau, dans des food trucks, appelés roulettes, sur la place Vai’ete, sur le front de mer, près du marché de Papeete.

Pour séjourner : Kia Ora Lodge (265 €, à 11 kilomètres de Teahupo’o) ; Punatea Village (73 €, à 10 km de Teahupo’o).


Suivez les voyages du New York Times sur Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire Travel Dispatch pour obtenir des conseils d’experts pour voyager plus intelligemment et de l’inspiration pour vos prochaines vacances. Vous rêvez d’une future escapade ou simplement d’un voyage en fauteuil ? Consultez notre 52 endroits où aller en 2024.

https://www.ctptimes.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*